> L'OLIGOCENE DE PROVENCE: LES POISSONS

Dapalis macrurus

Le Dapalis est de la famille des Serranidae. L'ancienne dénomination "Smerdis" est incorrecte. Ce poisson est constitué d’une large bouche armée de petites dents, car il était carnivore, et d’un corps fin. Ses nageoires comportent des rayons épineux et souples. Sa taille adulte était au mieux de 25cm. Celui-ci en mesure 21.

 

 

 

 

 

 

Dapalis minutus

Dapalis minutus n'a été trouvé qu'à Aix en Provence. La plupart des Dapalis sont retrouvés à l’état juvénile, de 5 à 7cm, comme ceux présentés ci dessus. Le fait est que des périodes de sécheresse puis d’inondation ont tué par milliers les jeunes poissons du lac,  plus fragiles que les adultes qui pouvaient mieux survivre à ces conditions. Il y a donc des couches riches en Dapalis de petite taille morts en masse.

Dapalis minutus ne se trouve que dans la partie supérieure de la série des marnes gypsifères. Il se diffère par une première nageoire dorsale composée de 6 épines au lieu de 7 et un profil différent (tête plus ronde)

Lepidocottus aries

Il vit sur le littoral, jusque dans les flaques d'eau à marée basse, les lagunes et les eaux saumâtres. Ils se nourrissent surtout de petits invertébrés, bien que certains, ayant une grande bouche, puissent manger d'autres poissons, tandis que quelques-uns consomment des algues. D'autres engloutissent de grandes quantités de vase ou de sable, dont ils extraient les invertébrés ou les micro algues. Les espèces nageuses mangent souvent le plancton. Il est muni de petites dents, de deux nageoires dorsales et d'une nageoire caudale en pinceau.

Percoïde indéterminé

Ecaille de 1cm.

Prolebias cephalotes

L'un des fossiles les plus courants de ces couches. Aussi appelé "friture", Prolebias est un petit poisson (inf à 4cm), qui devait pulluler à cette époque. Il a aujourd'hui disparu. On trouve 3 espèces selon les gisements: cephalotes à Aix et goretti et meridionalis en Haute Provence.

Le corps est trapu, la tête est aplatie, la bouche est supère et les mâchoires munies de dents cuspides. La nageoire dorsale est située très en arrière.
Taille : de 2 à 4 cm.

 

Prolebias goreti

Prolebias fait partie de la famille des Cyprinodontidés. Les Cyprinodontidés actuels sont représentés dans la faune méditerranéenne par deux genres indigènes : Aphanius et Valencia. Les espèces du genre Aphanius vivent dans les eaux côtières, les lagunes, et les petits fleuves autour de la mer méditerranée. Les seules deux espèces de Valencia sont limitées à quelques biotopes.

Pendant le miocène inf (Aquitanien), les Cyprinodontidés ont été représentés principalement par le genre Prolebias (Sauvage 1874) , répandus dans les environnements lacustres. Le genre Aphanius est apparu pour la première fois à l’Aquitanien. L’Aphanius fossile le plus ancien a été trouvé dans des dépôts Burdigalien en Catalogne. Tandis qu'Aphanius est aujourd'hui présent, Prolebias s’est probablement éteint au miocène.


En l'état actuel, les relations phylogénétiques de Prolebias et Aphanius sont énigmatiques. Les squelettes fossiles de Prolebias et d'Aphanius sont plutôt semblables, mais les dents sont coniques pour Prolebias et tricuspidées pour Aphanius.

 

 

Mugil princeps

Les petits Mugil ont une forte ressemblance avec Prolebias, mais caractérisé par des nageoires épineuses et la présence de deux dorsales. Ces alevins de Mugil (espèce d'eau salée) dénotent la présence de la mer très proche, et donc une communication minimale entre les lacs d'Aix et la mer. Néanmoins la salinité était toujours faible comme le montre la présence de Dapalis.

publication: Gaudant, "sur les conditions de l'ichtyofaune oligocène d'Aix en Provence" 1978

 

Leuciscus sp

Poissons présents dans une couche argileuse grise à Aix en Provence. Taille allant jusqu'à 10cm, avec une nageoire dorsale à rayons mous et une caudale très fourchue.

 

Enoplophtalmus schlumbergeri (Sauvage) ?

Poisson rare dans ces gisements, peu d'exemplaires ont été découverts. Dénoterait la présence de la mer Alpine à faible distance, car c'est un poisson peu habitué des petits espaces lacustres.

Il a une forme allongée, avec de petites nageoires sans épine, une nageoire caudale fourchue: sa forme fait penser aux athérines de l'Éocène du gard.

 

Tarsichthys macrurus ?

Poisson à large tête, ayant une nageoire dorsale unique à rayons mous. Nageoire caudale de forme tronquée ou échancrée.

*********************************************

On trouve aussi Notogoneus, Properca et Lates de façon exceptionnelle.

Retour Accueil / Retour oligocène