**

Accueil        Découvrir les fossiles         Les poissons fossilisés    Gisements de Provence


> QU'EST CE QU'UN FOSSILE ?

Les fossiles sont étudiés par une discipline scientifique: la paléontologie

Mot formé de Paléo(ancien), onto (êtres) et logos (étude). Son but est donc l'étude d'anciens êtres vivants ayant vécu il y a fort longtemps, et que l'on retrouve aujourd'hui à l'état de fossiles (coquilles, os...) ou de traces (empreintes de pas, galeries de vers marins...).

Voyons quelques disciplines connexes à la paléontologie:
la Paléoichnologie: elle étudie les empreintes fossiles appelées ichnofossiles
la Paléoécologie: elle étudie les relations entre les organismes et leur environnement.
la biostratigraphie: les fossiles permettent d'identifier les temps géologiques: c'est à dire que telle espèce sera caractéristique de telle époque, partout sur la planète. Ce qui est pratique pour connaître l'age des roches.

Qu'est ce qu'un fossile ?

Au départ le terme de fossile avait un sens plus large, il désignait tout ce qui sortait de terre. Ce terme recouvre aujourd'hui tous les témoignages laissés par les anciens organismes ayant vécus et s'étant conservés le plus souvent par sédimentation. On y trouve donc aussi bien des squelettes de dinosaures que des feuilles ou des empreintes de pas. Les fossiles sont le plus souvent conservés dans le calcaire et les roches sédimentaires sableuses. Mais ils sont rares: le processus de fossilisation prend beaucoup de temps, et les chances pour une simple feuille de se conserver sont minces. Elle doit être couverte par des sédiments, souvent sous l'eau, échapper a la destruction et dégradation, puis des millions d'années plus tard elle apparaîtra peut être enfin a la surface grâce a l'érosion.

> LA FOSSILISATION

Cliquez sur l'image ci-dessous pour une présentation du processus de fossilisation:

 

 

> Quelles sont les conditions de la fossilisation ?
Le fossile doit échapper aux agents biologiques (bactéries) et atmosphériques (oxygène). Ensuite la roche peut subir des déformations, être métamorphisée... entraînant ainsi la destruction du fossile qu'elle contient. D'ou un faible nombre d'êtres vivants fossilisés qui nous parviennent.

Les meilleures conditions regroupent: un enfouissement rapide qui protège de l'oxygène. C'est ce qui se passe souvent en milieu marin ou lacustre, voir exemple de la diatomite d'Ardèche. Les événements exceptionnels comme les crues provoquent une mortalité de masse et apportent les sédiments nécessaires à la fossilisation: on a donc de nombreux fossiles: cas des poissons libanais. D'autre part un coquillage fouisseur aura plus de chances d'être conservé puisque déjà dans le sol, qu'un poisson vivant en pleine eau. Et de plus, ce coquillage grâce à sa coquille se conservera mieux qu'un animal au corps mou, comme une seiche par exemple, dont il ne subsistera peut être que le rostre.


Néanmoins, les parties molles des animaux peuvent nous parvenir (les mammouths pris dans la glace, la momification dans la diatomée, les insectes dans l'ambre...)

En résumé, presque tous les fossiles sont préservés dans les roches sédimentaires, les roches formées par des couches de sédiment telles que l'argile, la boue, la vase, ou le sable, comprimés et durcis au cours des millions d'années. Ces types de sédiments se forment dans les lacs, les marais et les océans. C'est l'une des raisons pour lesquelles la plupart des fossiles sont les restes des animaux qui ont vécus dedans ou près de l'eau.

 



Les fossiles, comme tous les êtres vivants, ont une classification appelée taxonomie. Les noms donnés comportent un genre et une espèce. Dans certains cas où le fossile ne peut pas être rattaché à un animal bien défini, on crée une parataxonomie. C'est le cas des œufs de dinosaures d'Aix en Provence, qui sont classés entre eux mais sans savoir à qui ils appartenaient.
 

> IDENTIFIER DES FOSSILES

Pour découvrir quelle espèce de fossile on a trouvé, la meilleure solution est de comparer les spécimens à d'autres fossiles. Cela est bien entendu possible dans les collections de musées, et les nombreux livres qui existent sur le sujet. Les schémas et les photographies des sites internet spécialisés sont d'un grand secours aussi.

Sur des espèces ou des gisements précis, les professionnels publient des ouvrages ou études, qui permettent d'avoir des informations très précises et techniques.

Pour réaliser sa collection et identifier ses découvertes, il faut aussi acquérir des connaissances en géologie, sciences de la Terre, botanique, biologie... Ainsi à partir des restes trouvés, on peut essayer de reconstituer leur milieu de vie et la façon dont la fossilisation s'est faite.

Un bon livre pour commencer est "Fossiles de France". Par période, il décrit la plupart des fossiles typiques que l'on trouve dans notre pays.
 

Comment sont nommés les fossiles ?

Le nom: il est composé du genre avec une majuscule et de l'espèce avec une minuscule. Prenons l'exemple de l'ammonite ci-dessous. Son genre est Amaltheus, et comme je n'ai pas déterminé son espèce, je met "sp.". Cela signifie "espèce de".
 

Le lieu ou localité: il faut inscrire l'endroit où a été trouvé le fossile (département, village, lieu dit...). Pour l'ammonite, je sais qu'elle provient d'Aveyron. La date de découverte peut être indiquée aussi

Age: la période géologique du fossile, et si possible son étage précis. Dans le cas de l'ammonite c'est Jurassique / Jurassique inférieur / Pliensbachien.

Résultat: Amaltheus sp, Pliensbachien, Aveyron


> OU LES TROUVER ?

Les fossiles peuvent être presque n'importe où les roches sédimentaires affleurent. Les bons endroits à regarder sont le long des falaises ou des talus de fleuves, et dans les excavations telles que des carrières de roche et les coupes de route. Les falaises en bordure de mer sont souvent très intéressantes, mais attention aux surplombs et aux marées.

L'érosion diffère suivant le type de roche. Mais pour celles de types sableux ou marneux, le meilleur moment est après la pluie, car elle fait apparaître les fossiles. Le problème c'est qu'à force les fossiles eux aussi s'usent !

Parfois il faut obtenir l'autorisation avant de réaliser des fouilles, car le terrain appartient à quelqu'un (d'autant plus vrai dans les carrières en exploitation ) ou il est protégé par un parc.

Etudier les cartes géologiques permet de cibler sa recherche sur des zones où affleurent certains niveaux. On peut ainsi diriger ses prospections. Ces cartes s'achètent sur Internet (site du brgm) ou dans les librairies spécialisées



> LES OUTILS

Le marteau de géologue
C'est l'outil le plus polyvalent pour travailler avec tout type de roche. Il a un coté plat et un coté en biseau, très pratique pour fracturer la roche.



Le ciseau
Il a une extrémité plate qui en fait un outil efficace lorsqu'il faut cliver la roche ou encore provoquer des fissures dans un sens donné.



La massette
Outil de frappe, on l'utilise le plus souvent pour percuter un burin ou un ciseau.
Ne pas la prendre trop lourde car ensuite on risque plus d'abîmer le fossile ou de se blesser.



gants et pinceau/brosse
Les gants sont utiles afin de prévenir les écorchures causés par la roche, les végétaux, les éclats et l'usure des outils sur la main.
La brosse permet de nettoyer le fossile au fur et à mesure de son dégagement, afin de pouvoir le distinguer de la roche



Le burin
Le burin permet de casser la roche ou d'y faire des trous selon la nature de celle ci.
Mais avant de dégager le fossile, mieux vaut s'assurer que c'est réalisable. IL est aussi pratique de prendre le fossile sur sa gangue, afin qu'il soit plus solide pendant le transport.

 

Spatule
Celle-ci est utilisée pour les roches en plaques. En l'insérant dans les fissures elle permet d'ouvrir les plaques de roches.
Une spatule ou un couteau est pratique aussi pour dégager les fossiles pris dans du sable ou la marne.
 

Pour l'emballage, il faut amener des petits sachets hermétiques, des boites, et du papier journal. Suivant la taille et la fragilité du fossile, l'un ou l'autre est plus approprié.

Pour le dégagement: de petites pointes pour taper avec précision, des scalpels pour nettoyer, une brosse à dent. Il existe aussi des appareils électriques (percuteur par exemple) qui sont très efficaces.

Une fois les fossiles dégagés, il est essentiel de les protéger correctement contre les dommages dus au transport, puis ensuite à leur rangement. Chaque fossile doit être emballe, dans du papier journal par exemple puis dans de petites boites ou cartons. Les spécimen les plus fragiles seront plus a l'abri dans une boite avec du coton.


> COMMENT ACHETER DES FOSSILES ?

Pour le plus grand nombre il est impossible de faire le tour du monde des gisements de fossiles, à cause du temps, de l'argent et de la connaissance que cela demande. Dans ce cas acheter des fossiles est la seule solution d'acquisition. Parfois, on peut procéder à des échanges avec d'autres collectionneurs via des forums ou des bourses d'exposition.

Il est dans tous les cas important que les fossiles aient toutes leurs informations: nom, datation, provenance. Un fossile sorti de son contexte perd tout son intérêt.

Attention aux faux: beaucoup de fossiles sont réparés, repeints, recollés... ou totalement faux. L'expérience est votre meilleure alliée.
Essayez d'en apprendre le plus possible sur vos fossiles, quelles sont les techniques de restauration employées... sinon en achetant sans savoir, vous aurez de mauvaises surprises. Tout est question de temps et de patience.

L'achat se fait soit dans les salons d'exposition spécialisés, il en existe de très nombreux à travers toute la France, soit sur internet. Dans ce dernier cas il y a des magasins en ligne et les sites d'enchères (pour le pire et le meilleur).